Photographe de mariage à Charleville-Mézières

Photographe mariage toutes régions, couvrant toute la France… de La Flèche à Angers, de Sarrebourg à Valenciennes, de Clamecy à Chateauroux, en passant par Reims ou, par exemple comme ci-dessous, ce mariage à Charleville-Mézières.

mariage à Charleville-Mézières
en Champagne-Ardenne dans les Ardennes (8)

••• Photo mariage © Claude Bohnert •••

– Témoignage de Anne-Sophie et Laurent – 67 Molsheim :

Sympathique et avenant, telle est la première impression que nous avons eu de Claude. Rapidement, il nous a mis à l’aise et nous a demandé de le tutoyer. Ce qui pourrait apparaitre comme quelque chose de déroutant et dérangeant au premier abord s’est révélé au contraire très bénéfique et nous a décontracté. Nous étions en effet très désireux de ne pas nous tromper dans le choix du photographe qui comme chacun le sait, conditionne la réussite d’un bon mariage. Il a su nous faire découvrir la qualité de son travail en nous montrant toutes les facettes de son métier et le choisir s’est imposé à nous. Il nous a expliqué que non seulement, il ferait des poses avec nous mais qu’il laisserait surtout la place à la spontanéité ce qui fait des photos beaucoup plus intéressantes et riches en émotion.

C’est avec grand plaisir que nous l’avons retrouvé le jour du mariage, jour où tout à chacun sent le stress monter et où il n’est nul besoin d’en rajouter. Claude est arrivé, alors que nous étions en train de nous habiller. Nous n’avons pas eu l’impression d’un déferlement dans la pièce mais d’une arrivée discrète qui n’est en rien venu ternir la magie de la préparation des mariés.

A aucun moment nous n’avons senti la présence du photographe et pourtant quand à la fin de la soirée, Claude nous a dit combien il avait pris de photos, on a été très surpris : 900 !

Nous ne regrettons pas du tout notre choix et nous les recommandons tous les deux autour de nous.

Nous espérons bien le revoir bientôt car loin d’être un étranger, nous le considérons aujourd’hui comme un membre de la famille.

Le mariage : définition

Le mariage est défini traditionnellement comme l'union légitime d'un homme et d'une femme. Le mariage est l'acte officiel et solennel qui institue entre deux époux une communauté de patrimoine et de renommée appelée «famille» dont le but est de constituer de façon durable un cadre de vie commun aux parents et aux enfants pour leur éducation. Dans les sociétés traditionnelles, le mariage est l'alliance politique de deux familles ou de deux clans. Le mariage est une institution qui a pris de multiples formes selon les peuples et au cours de l'histoire. Visant universellement à sanctionner un cadre voué au développement de la famille, le mariage donne un statut particulier aux époux. L'établissement d'un mariage donne toujours lieu à une cérémonie publique, et souvent à une fête, l'ensemble étant appelé «noces». Le mariage a ainsi un caractère juridique mais aussi rituel (profane ou religieux). Dans les pays où les institutions politiques sont séparées des institutions religieuses, on distingue le mariage civil du mariage religieux (lequel requiert généralement un mariage civil au préalable). Dans certains cas, les époux ne peuvent contracter un nouveau mariage tant que le premier est valide ; on parle alors de système monogame. Parfois, plusieurs mariages peuvent être contractés simultanément avec plusieurs personnes en même temps ; le système est alors dit polygame. Le mariage polygame peut lier un homme avec plusieurs femmes : c'est la polygynie. La polyandrie désigne le mariage d'une femme avec plusieurs hommes, un type d'union polygame. Le mariage a été décrit par l'anthropologue Claude Lévi-Strauss comme le socle pratiquement universel de la famille : «la famille, fondée sur l'union plus ou moins durable, mais socialement approuvée, de deux individus de sexes différents qui fondent un ménage, procréent et élèvent des enfants, apparaît comme un phénomène pratiquement universel, présent dans tous les types de société». Les époux «sont des individus de sexes différents et […] la relation entre les sexes n'est jamais symétrique».